J.-F. Fourcade | Livres anciens & modernes J.-F. Fourcade | Livres anciens & modernes

Tous nos livres









16927 PRINNER (Anton). La Licorne.
Gravure à l’eau-forte, aquatinte et pointe sèche. Format 37,8 x 28 cm, justifiée 5/30 et signée Prinner, datée 1937. Parmi les premières gravures, outre le burin et l’eau-forte que Prinner avait appris à l’Atelier 17 de S. William Hayter. Un tirage de cette rare gravure se trouve dans la collection du Musée du Dessin et de l’Estampe originale de Gravelines.


800 €


 






15569 PRZYBYSZEWSKI (Stanislas). De Profundis.
P., Stock, Les Contemporains, 1922, in-16, br., 63 p. Portrait par L. Albert Lazard. Préface par Felix Thumen. Edition originale française. Le chef-d’oeuvre de l’écrivain polonais, fondateur du mouvement La Jeune Pologne avec Wyspianski, il fut aussi l’ami de Strindberg et de Münch, l’un de ses romans a pour titre : Le Cri.


60 €


 






1818 PUEL (Gaston). Ce chant entre deux astres.
Avec une version espagnole de F. Verhesen. S.l., La Fenêtre Ardente, 1962, in-8, br., bel envoi a.s. à Carlos de Radziztky.


45 €


 






601 PUEL (Gaston). La Voix des pronoms.
Lettrines d'Adrien DAX. Rodez, Editions du Lampadaire, 1952, in-12, br., 105 p. Edition originale. 1/500 ex. num. sur alfa mousse.


30 €


 






2823 PUTTEMANS (Pierre). L'Attagène des Pelleteries.
La Louvière, Daily-Bul, Les Poquettes Volantes, 1967, in-16, br., non paginé. Edition originale num.


12 €


 






15714 PeRET (Benjamin). ...eT LES SEINS MOURAIENT.
Marseille, Les Cahiers du Sud, collection "Nouvelles", 1929, in-8, br., 105 p. Edition originale, illustrée d'un frontispice par MIRO. 1/12 ex. num. sur vélin pur fil Lafuma (tirage de tête avec 10 Madagascar).


750 €


 






21860 Pontalis (Jean-François et Jean-Bertrand). 12 L.A.S. à Marc Barbezat.
PONTALIS (Jean-François et Jean-Bertrand). 12 L.A.S. à Marc Barbezat. 26 p. d’une fine écriture format in-8. Neuilly sur Seine (le plus souvent), octobre 1942 — 5 mars 1949, enveloppes cons. « L ’ancien enfant prodige, qu’a-t-il fait de ses dons? Quel parti a-t-il tiré de ses lectures, de sa proximité avec des écrivains et des poètes — Cocteau, Genet, Olivier Larronde, Violette Leduc, Louise de Vilmorin, bien d’autres —, de ses rêveries prolongées que, pendant tout un temps, suscitaient les fumées de l’opium ? Qu’est devenu son « journal » où, j ’imagine, il n’épargnait personne, ni ses amis ni lui-même, lui qui s’était exclamé à mon adresse : “Publier de son vivant, c’est d’un vulgaire ! Posthume, mon bon Jean-Bertrand, posthume !” De lui, à part quelques pages inachevées, il ne reste rien. Même le “posthume”, il l’a refusé ». Une rare et très intéressante correspondance par le frère «maudit» du célèbre psychanalyste. Jean-Bertrand Pontalis fut l’élève de Jean-Paul Sartre, il collabora à la revue Les Temps modernes et fut en analyse avec Jacques Lacan. Il deviendra une sommité du monde psychanalytique à partir des années soixante. Il est co-auteur du célèbre Vocabulaire de la psychanalyse que l’on désigne toujours comme le Laplanche et Pontalis. Écrivain et éditeur, on lui doit d’avoir créé les collections L ’un et l’autre, chez Gallimard, après Connaissance de l’inconscient. Au terme d’une existence bien remplie, Jean-Bertrand, Jibé, publiera un troublant récit autobiographique intitulé Frère du précédent (Gallimard, 2006, Prix Médicis essai) qu’il consacre aux rapports avec son ainé, Jean-François. Il brosse par petites touches l’histoire d’une complicité devenue jalousie puis haine farouche… « Même s’il est mort depuis quelques années, je n’arrive toujours pas à savoir s’il me détestait ou s’il m’aimait. Mais, ne serait-ce que par pudeur, je ne voulais pas m’en tenir à une simple description de cette relation. J ’ai donc choisi de m’intéresser, par le moyen d’une série de jeux de miroirs, à d’autres couples de frères, réels ou de fiction : Marcel et Robert Proust, Vincent et Théo Van Gogh, les frères Champollion. Ou encore les Goncourt : à la mort du cadet, Jules, on surnomma le survivant la veuve — le mot couple prend là toute sa force ». Dans ces lettres il est question de différents projets de publications que Jean-François Lefèvre-Pontalis destine à L ’Arbalète, la revue dirigée par Marc Barbezat, en premier lieu d’un cahier consacré à Raymond Radiguet avec textes, documents inédits, études et hommages. Ses lettres, assez vibrionnantes, témoignent d’une belle maîtrise du langage ainsi que d’une solide connaissance du monde des écrivains et de l’édition. Rappelons qu’à cette époque on attend que Jean-François Lefèvre-Pontalis prenne une place de premier choix parmi les écrivains de la nouvelle génération. On parle de lui, ni plus ni moins, comme d’un nouveau Marcel Proust. Il est souvent question de Max Jacob, de Jean Cocteau ou de Jean Hugo avec lesquels il est en intimité. Deux lettres concernent le numéro spécial de l’Arbalète sur les romanciers américains, Eugene O’Neil, Erskine Caldwel ou Djuna Barnes. Il est aussi question de Jean Genet, Georges Auric, Christian Bérard, Olivier Larronde ou Michel Cournot (“un jeune grand ami à moi, il tient ses travaux très secrets, mais il écrit on ne peut mieux, j ’espère lui soutirer un jour une petite pièce, et vous la faire parvenir…”). Son frère cadet, Jean-Bertrand, est le plus souvent associé à ses projets. Jean-François évoque même “un numéro de notre façon ; The Waste-paperbasket « La Corbeille à papier », un recueil de poèmes et de proses à quatre mains, “que nous voulions présenter chez vous, et signer les frères Pontalis…” Suivent ces lignes : “Nous avons compris que notre imagination verbale n’est pas l’Imagination, Reine du vrai. Nous vous donnerons peut-être quelque chose d’autre un jour ; en attendant vous aurez mon travail de commis sur Radiguet. (…) Mon frère vous a envoyé un début d’un roman de jeunesse (Les Dimanches Illustrés) sur le conseil de Sartre. Je vous recommande mon frère. En rêve l’autre nuit on m’a dit que : non content d’avoir du talent il voulait avoir du génie. Et c’est ça même”. (…) “J ’espère que vous le rencontrerez en venant à Paris. Il habite St. Germain des Prés, et vous pourriez prendre rendez-vous. Il ne me ressemble pas du tout, heureusement pour lui”. À partir de la fin 1944 les rapports commencent à se désagréger entre J.-F. L.-P. et Marc Barbezat. C’est tout naturellement que Jean-Bertrand va prendre la relève. Ce sont les dernières lettres de cette précieuse correspondance.


1500 €


 






21211 Presley (Elvis ). Photographie d’Elvis Presley.
Photographie en couleurs, tirage d’époque d’Elvis Presley, prise sur le tournage de Flaming Star de Don Siegel (1960). Format 22 x 16 cm. Tampon au dos : 20th Century Fox. Elle est signée par Elvis : “Sincerely Elvis Presley”. Le King a 25 ans en 1960, il tournera une trentaine de films dont Love me tender, Loving you, King creole, Viva las Vegas. Beau et rare document (trous de punaise à l’angle supérieur droit).


1000 €


 






21288 PÉGUY (Charles). Morceaux choisis.
P., N.R.F., 1945, in-12, reliure de l'éditeur, 252 p. Ex. num. sur Héliona et relié d'après la maquette de Paul Bonet.


30 €


 






21287 PÉGUY (Charles). Notre patrie.
P., N.R.F., 1945, in-12, reliure de l'éditeur, 125 p. Ex. num. sur alfa et relié d'après la maquette de Mario Prassinos.


30 €


 






20721 PÉRIER (Odilon-Jean). Notre Mère la Ville.
Bruxelles, éditions du Disque Vert, 1922, in-8, br., 86 p. Edition originale. 1/400 ex. num. sur papier d’édition, seul tirage avec 20 Rives. Bel envoi a.s. à Robert Guiette : “Attendez-moi mon cher Guiette, à bientôt”.


150 €


 






17463 QUEFFELEC (Henri). Tempête sur Douarnenez.
P., Mercure de France, 1951, in-12, br., 394 p. Edition originale. 1/210 ex. num. sur vélin Alfama du Marais réservés aux bibliophiles des sélections Lardanchet.


50 €


 






22201 QUENEAU (Raymond). Odile.
P., N.R.F., 1937, in-12, br., 221 p. Edition originale (pas de grand papier), non coupé et en excellent état, ce qui est rare.


150 €


 






22133 QUENEAU (Raymond). Sonnets.
P., Editions Hautefeuille, coll. Caractères, 1958, in-8, br., 40 p. Edition originale. Envoi a.s. à Jean Queval. Quelques notes ou marques de lecture de ce dernier.


100 €


 






22134 QUENEAU (Raymond). Courir les rues.
P., N.R.F., 1967, in-12, br., couv. rempl., 198 p. Edition originale. S.P. Bel envoi a.s. : “à Jean Queval sur les chemins du sonnet asiate...”


100 €


 






22137 QUENEAU (Raymond). Les Fleurs bleues.
Edited by Barbara Wright. London, Methuen Educational Ltd, Methuen’s Twebtieth Century Texts, 1971, in-8, br., 225 p. Préface et notes en anglais, texte en français. Envoi a.s. de Barbara Wright à Jean Queval.


30 €


 






22128 QUENEAU (Raymond). Bâtons, chiffres et lettres.
P., N.R.F., 1950, in-12, br., 267 p. Edition originale. S.P. Envoi a.s. à Jean Queval. Quelques notes ou marques de lecture de ce dernier.


100 €


 






22129 QUENEAU (Raymond). Battre la campagne.
P., N.R.F., 1968, in-12, br., couv. rempl., 210 p. Edition originale. S.P. Envoi a.s. à Jean Queval. Deux trois rousseurs à la couv.


80 €


 






22131 QUENEAU (Raymond). Le Voyage en Grèce.
P., N.R.F., 1973, in-8, br., couv. rempl., 230 p. Edition originale. S.P. Envoi a.s. à Jean Queval. Fragment de lettre de ce dernier joint. Deux trois rousseurs à la couv.


80 €


 






22132 QUENEAU (Raymond). Bâtons, chiffres et lettres.
P., N.R.F., coll. Idées, 1965, in-12, br., 370 p. Edition revue et corrigée. S.P. Envoi a.s. à Jean Queval.


50 €


 






21332 QUENEAU (Raymond). Lettre signée à James Johnson Sweeney.
2 p. in-4, Varengeville-sur-mer, 12 août 1939. Très intéressante lettre, au sujet de la revue Volontés (Queneau était l’un des directeurs) et de traductions de poètes américains... J.J. Sweeney (1900-1986) fut critique d’art et conservateur (notamment du Musée Solomon R. Guggenheim). “Pelorson est très content des résultats de votre propagande aux U.S.A.. Avez-vous vu notre dernier N° uniquement réservé à la POESIE ? Il y a dedans des choses intéressantes; vous y trouvez aussi un morceau de la suite de GUEULE DE PIERRE que je suis en train d’écrire”. Il lui demande si il a vu le numéro de MESURES consacré à l’Amérique où il a fait pas mal de traductions (Lindsay, Miller...). “Je serais heureux de savoir ce que vous pensez de ces traductions, surtout celles de Hart Crane (...) Je crains fort d’avoir fait quelques contre-sens. Marianne Moore et W.C. Williams ont vu leurs traductions et je crois qu’ils en ont été satisfaits; mais c’est toujours un travail assez angoissant de traduire de la poésie”. Il lui demande des nouvelles d’Hélion, “je suis un peu inquièt sur son sort. Il a comme voisins Nelson et MIRO... “Toute ma sympathie au bébé volant”.


300 €


 






21289 QUENEAU (Raymond). Loin de Rueil.
P., N.R.F., 1944, in-12, reliure de l'éditeur, 234 p. Édition originale num. sur Héliona et relié d'après la maquette de Mario Prassinos.


200 €


 






20407 QUENEAU (Raymond). Lorsque l'esprit.
Paris, Collège de Pataphysique, coll. "Q", LXXXII (1955), in-12 trapézoïdal, br., couverture blanche imprimée en noir, 36 p. Edition originale. 1/77 num. sur Authentique papier martien Calendulaire.


250 €


 






18017 QUENEAU (Raymond). Entretiens avec Georges Charbonnier.
P., N.R.F., 1962, in-12, br., 155 p. Edition originale. S.P. Bel envoi a.s. à André BRETON “(en m’excusant pour une regretable coquille - une autre...) avec la fidèle admiration de Queneau”.


350 €


 






17944 QUENEAU (Raymond). Sonnets.
P., Editions Hautefeuille, coll. Caractères, 1958, in-8, br., 40 p. Edition originale. 1/50 ex. num. sur pur chiffon, (seul tirage sur grand papier).


250 €


 

« Précédent  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119  Suivant »
J.-F. Fourcade | Livres anciens & modernes