J.-F. Fourcade | Livres anciens & modernes J.-F. Fourcade | Livres anciens & modernes

Tous nos livres









18671 DESMETH (Paul). Simplifications. Suivi de Avec la nuit.
P., N.R.F., 1948, in-12, br., 138 p. Edition collective, en partie oiginale. 1/10 ex. de tête num. sur papier chiffon de Bruges. Ex-dono manuscrit (discret). Bel exemplaire.


180 €


 






18523 DESMETH (Paul). Avec la nuit.
Bruxelles, éditions Un Coup de Dés... (1926), in-8, br., 75 p., non coupé. Edition en partie originale. 1/110 ex. num. sur antique papier de luxe qui “complète la première édition d’ensemble”, enrichi d’un envoi a.s.


200 €


 






21959 DESNOS (Robert). Deuil pour deuil.
Fragment autographe du manuscrit de Desnos reproduit en frontispice. P., Editions du Sagittaire, Les Cahiers Nouveaux, 1924, in-12, br., couv. rempl., 100 p. Edition originale. 1/700 ex. num. sur papier de Rives.


80 €


 






21225 DESNOS (Robert). Le vin est tiré...
P., N.R.F., 1943, in-12, br. 206 p., non coupé. Edition originale. Ex. du S.P., (il n' y a pas eu de grand papier), envoi a.s. à l’écrivain et historien Pierre Lafue. Avant la guerre il travailla pour la presse et la radio où il fut certainement amené à cotoyer et à fréquenter l’auteur de La Liberté ou l’Amour.


650 €


 






20789 DESNOS (Robert). L.A.S. à sa “chère Marie” + DESSIN ORIGINAL.
2 pages in-8 encre noire et crayon à papier sur papier ligné. (Paris), 23 octobre 1939. Beau document. “Chère Marie quelle fée vous êtes. J’ai contemplé longuement avant de la boire la bouteille de champagne. C’était dimanche et le petit village où je suis maintenant était ensoleillé par elle. Mais vous êtes trop bonne. Je ne suis pas à plaindre. Il y en a de plus malheureux. La seule chose qui me fera un plaisir sans remord c’est des gants. J’ai mis ma main au dos de cette lettre. Serrez-là elle porte bonheur. Je baise la votre Mes chaudes amitié à vos parents. Envoyez-moi l’adresse de Robert. Encore une fois un merci de coeur...” Au verso donc Desnos a tracé les contours de sa main (gauche) en ayant précisé sa ligne de chance.


850 €


 






12046 DESNOS (Robert). De l’Erotisme considéré dans ses manifestations écrites et du point de vue de l’esprit moderne.
P., Editions Cercle des arts, (1952), in-12, br., couv. rempl., 113 p. Edition originale num. sur alfama.


50 €


 






11689 DESNOS (Robert). Fortunes.
P., N.R.F., 1942, in-12, br., couv. rempl., 170 p. Edition originale. S.P. (pas de tirage en grand papier).


60 €


 






13585 DESNOUES (Lucienne). Dans l'éclair d'une truite.
Montigny sur Canne, Editions Gérard OBERLé, 1990, in-8, broché, 36 p. Edition originale. 1/200 ex. num. sur vergé. Très bel envoi a.s.


30 €


 






9200 DEVAULX (Noel). Le pressoir mystique.
P. et Neuchatel, La Baconnière et les Éditions du Seuil, coll. des Cahiers du Rhône, 1948, in-8, br., n.c., 220 p. Edition originale. S.P., envoi a.s. à Maurice BLANCHOT.


100 €


 






17332 DEVAULX (Noël). Ensemble de 35 lettres ou cartes autographes signées à Max-Philippe Delatte.
Environ 48 pages de différents formats, de 1969 à 1985, avec les enveloppes conservées. Belle et intéressante correspondance. L’ensemble concerne la Société Européenne de Culture fondée en 1950 à Venise par Umberto Campagnolo dont le centre français était la librairie Delatte 15 rue Gustave Courbet à Paris et la publication de la revue Comprendre. Noël Delvaux mentionne sa candidature à la SEC (1969), ses idées politiques (1975), ses difficultés financières (1976), Amnesty International (1977), les articles d’Umberto Campagnolo (1977), Claude Aveline, J.J. Mayoux (1980), sa nouvelle adresse à Nyons (1982), Son livre Le Manuscrit inachevé (1981), la réedition de son livre le Pressoir mystique (1982), son opération de l’oeil (1984), la parution de son livre Le visiteur insolite (1985).


850 €


 






14739 DEVAULX (Noël). Compère, vous mentez!...
P., N.R.F., coll. Métamorphoses, 1948, in-8, br., 111 p. Edition originale sur châtaignier (pas de grand papier).


15 €


 






5603 DEVAULX (Noël). Sainte Barbegrise.
P., N.R.F., 1952, in-12, br., 225 p., non coupé. Edition originale. S.P.


25 €


 






21592 DHÔTEL (André). Le petit livre clair.
(Roubaix), Le Rouge et le Noir, 1928, in-8, br., 160 p. Edition originale du premier livre de Dhotel. 1/300 ex. num. sur vergé teinté d’Outhenin-Chalandre, enrichi d’un envoi a.s. de l’auteur. Une gravure en frontispice. Rare.


850 €


 






11152 DIETRICH (Luc) sous le pseudonyme de Luc ERGIDE. Huttes à la lisière.
Présentation de Luc Durtain. Sans lieu, n.e. [Jean Crès], 1931, in-8, br., 29 p., couv. rempliée. Edition originale du premier livre de l'auteur, alors agé de 18 ans. Le pseudonyme qu'il s'est choisi emprunte les initiales de son véritable patronyme : Raoul-Jacques Dietrich. Tirage unique à 100 ex. tous num. sur vélin alfa supérieur.


1000 €


 






21581 DIETRICH (Luc). Terre.
Vingt textes illustrés de 30 photographies de l'auteur. P., Denoël et Steele, 1936, in-4, br., couv. rempl. ornée d'une photographie. Edition originale.


150 €


 






20608 DIETRICH (Luc). L’apprentissage de la ville. Important fragment autographe.
2 pages in-4 à l’encre noire, les chapîtres, en chiffres romains, sont dessinés à l’aquarelle violette. L’un des plus célèbre épisode du roman. Deux pages extraites d’un manuscrit du second grand roman autobiographique de Dietrich, comportant des variantes par rapport au texte imprimé. Elles correspondent, dans la première partie du livre - La Main de sang - à la moitié du chapître IV à partir de : “Le soleil reparaît, mais je grelotte de froid. Malgré tout le sang perdu je me sens liquide comme une barque percée qui fait eau...” jusqu’à la fin du chapître VI : “Des hommes venaient toujours les mêmes m’assommer de coups sur la tête, me percer du couteau ; à chaque battement de la pendule, replonger la lame pour la retirer avec lenteur. Je me soulevais vers le ciel jaune pour rendre ; la femme venait m’essuyer les lèvres, mais j’y gardais une aigreur que la tisane n’enlevait plus”.


800 €


 






7672 DIETRICH (Luc). Sincérité.
Numéro spécial 4-5 de la revue Fusée, dirigée par Christian Harrel-Courtès. Marseille, Robert-Laffont, août-septembre 1942, in-8, br., 232 pp. Ce numéro spécial consacré à la sincérité chez l’écrivain tourne, suite à la publication de L’Apprentissage de la ville, à un numéro spécial consacré à la sincérité dans l’œuvre de Luc Dietrich. Onze des trente-six textes du sommaire (soit plus d’un tiers du volume) sont consacrés à lui : Lanza del Vasto, F. Lefèbvre, H. Bosco, G. Ribemont-Dessaignes, P., Eluard, J. Madaule, C. Harrel-Courtès, J. De Boschère et j’en passe. On trouve aussi un important texte de Daumal également motivé par le livre de Dietrich, Lettre sur l’art de mentir et aussi T. Aubrey, C. Mauron et Pierre Klossowski (sur Jouve), etc. Quelques annotations au crayon.


90 €


 






4787 DIRAISON SEYLOR (Olivier). Les Maritimes (Moeurs candides).
Préface de Paul Adam. P., Félix Juven, s.d. (1901), in-12, br., 318 p., couv. avec des ancres de marine sur fond bleu. Edition originale rare de ce roman inspiré de l’expérience de son auteur, Olivier Diraison (dit Seylor), et qui fit un tel scandale dans la Marine que l’auteur fut jugé, réformé et rendu à la vie civile après sa parution. « Homme de principe et d'honneur, il avait dans ce premier livre dénoncé, écoeuré à la suite de la perte du croiseur La Pérouse en 1898 l'incurie de chefs incompétents et les moeurs volages d'épouses esseulées, sans négliger de situer la plus grande partie de son roman à Toulon, en mettant en scène sous des noms à peine maquillés, les personnalités de la marine militaire du cru... La polémique fut terrible, les protestations indignées, il fut provoqué cinq fois en duels par des officiers de la Royale dont la presse rendit compte, parfois en images. Jugé à la préfecture maritime de Brest pour " faute grave contre la discipline ", il fut réformé en 1901 et son grade cassé. Piètre compensation pour Diraison : Claude Farrère remporta la timbale en s'inspirant de son histoire notoire pour rédiger Les Petites Alliées, colossal succès s'il en fut. Diraison, lui, était toujours provoqué en duel en 1902... Bretteur éprouvé, il s'en sortit sans grands dommages et se tourna vers la littérature, puis entra, le 14 avril 1906, en fonction dans l'administration coloniale du Laos au grade de premier commis, l'année même de publication de Stéphen Harris, joueur (Juven), autre roman de moeurs carabiné dénonçant les vagues existences rentières. " Crois-tu que toutes les existences sont aussi vides que la tienne ? " demandait-il en épigraphe. Il avait entretemps publié sur le même air Le Tout pourri, roman de moeurs parisiennes (1903) où étaient dégommés théâtreux et " artisses ". Chacun son tour... » Eric Dussert in Le Matricule des Anges, n°107.


150 €


 






1216 DOBLIN (Alfred). Wang-Loun.
Traduction de l'allemand par P.-E. Isler et préface de Félix Bertaux. P., Éditions Rieder, Les Prosateurs Étrangers Modernes, 1932, in-12, br., n.c., 605 p. Edition originale de la traduction. 1/25 ex. num. sur pur fil blanc des Papeteries Lafuma (seul tirage en grand papier).


200 €


 






12997 DODERET (André). 40 L.A.S. et 28 C.A.S. à Pierre ANDRÉ-MAY. P., Le Cannet, Avignon, etc., 6 septembre 1922 - 6 septembre 1948, 80 p. in-8 et in-4 plus les 28 cartes.
Romancier, critique, spécialiste de l'Italie, il fut en particulier le traducteur et ami de Gabriel d'Annunzio, mais aussi de Larbaud, etc. Correspondance amicale de grande densité, très riche et très intéressante sur plus de vingt-cinq ans au sujet de ses contributions à la revue Intentions puis durant la guerre à l'hebdomadaire Match, de ses travaux de traduction (notamment Solus ad Solam), du roman en cour d'André-May pour lequel il prodigue des conseils d'ainé, de leurs amitiés communes littéraires, théâtrales, cinématographiques ou autres, Jacques Manuel, J.-Georges Auriol, André Jullien (qui sera tué dans le Vercors aux cotés de Jean Prévost), H. Sauguet, G. Jean-Aubry, mentions de Cocteau, Fargue, Morand, mort de Giraudoux, d'Annunzio, Bousquet, Gide, J. Desbordes, etc. La correspondance s'intensifie notablement durant la période 1939-1944, il est question de la vie dans le sud de la France qui devient de plus en plus difficile à cause de la guerre, des bombardements. Une lettre comporte une petite photographie de Doderet contrecollée.


750 €


 


16138 DOHMEN (Léo). Le Sifflet du train. PHOTOGRAPHIE ORIGINALE.
(1956), 22,5 x 12,6. Sous encadrement. Très beau tirage d'époque. Avec le tampon au dos : copyright Léo Dohmen et titré de la main du photographe. Un tirage identique figurait dans la vente Breton (n° 5337 du catalogue).


2000 €


 






13266 DOISNEAU (Robert). A l’imparfait de l’objectif. Souvenirs et portraits.
P., Belfond, 1989, in-8, br., 192 p. Edition originale.


15 €


 






19743 DOMELA (César). KANDINSKY (Vassily). Domela. Six reproductions en couleurs d’après quelques oeuvres récentes.
Sans lieu ni date [Paris, Imprimerie Union, 1945], in-4, en ff., chemise grise rempliée. Préface de Kandinsky. 1/300 ex. num. signé par l’artiste (seul tirage), enrichi d’un envoi a.s. de Domela au critique d’art James Johnson Sweeney. L’exemplaire comporte une belle lithographie originale en couleurs de César Domela, justifiée et signée (84/100) datée 1943.


850 €


 






15954 DOMS (André). L’ombre la sentinelle.
La Bastide, Guy Chambelland, 1963, in-12, br., n.c., couv. rempl., 68 p. Edition originale. Bel envoi a.s. à André Marissel accompagné de la gravure de René MELS, réservée aux ex. de tête, justifiée “épreuve d’artiste” et signée.


50 €


 






17439 DORGELES (Roland). Au beau temps de la Butte.
P., Albin Michel, 1963, in-12, br., 320 p. Edition originale. 1/100 ex. num. sur vélin du Marais (seul tirage en grand papier).


80 €


 

« Précédent  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119  Suivant »
J.-F. Fourcade | Livres anciens & modernes