J.-F. Fourcade | Livres anciens & modernes J.-F. Fourcade | Livres anciens & modernes

Tous nos livres









18492 LORRAIN (Jean). 11 L.A.S. ou C.A.S. à Jules Bois.
Très intéressante correspondance de Lorrain avec l’auteur du Satanisme et la magie, qui deviendra un spécialiste de l’occultisme, des sectes ésotériques, etc. D’ailleurs n’est-ce pas lui qui exorcisera Lorrain de ses mauvais rêves engendrés dans l’appartement hanté de la rue de Courty ? À propos de hantise on parle volontiers de châteaux, de manoirs ou encore de maisons hantés mais plus rarement d’appartements hantés ? Jules Bois fut également lié à Huysmans. On peut voir aussi dans ces lettres que Lorrain n’hésite pas à donner un coup de pouce à un jeune confrère en journalisme, venu de Marseille, pour forcer les portes des rédactions parisiennes… ? “Voulez-vous nous faire l’amitié à ma mère et à moi de venir dîner mercredi en Auteuil. J ’aurai quelques femmes et vous entendrez de la musique d’un de mes amis, élève de César Franck. (…) Vous verrai-je lundi dans l’atelier d’Hopkins ?… (dimanche 17 juin [1888]). Vous êtes vraiment bien gentil, mon cher Bois, mais je traversais Paris à la vapeur et j ’avais tant à faire ; mon médecin, (…) — Magnier, l’Écho, Magnier et mon notaire… Il n’est rentré rue de Courty qu’à 8 h du soir, je m’y couchais pour me décarapater mardi à 8h1/2 de façon à pouvoir rentrer dîner et coucher. Il n’a pu voir Roques mais le verra la semaine prochaine et tâchera de faire entrer Bois au Courrier français dans de bonnes condition… En attendant bon courage et merci, je vais un peu mieux mais mon médecin veut m’envoyer aux eaux, et cela m’embête. [1888] ? Il lui demande de passer à L ’Évènement pour récupérer le 1er no auquel il a participé : celui du jeudi 6 janvier 1887 dans lequel il a fait le portrait de Madame Aubernon (intitulé Comtesse d’Escarbagnas). Ce sont les Buloz de la Revue des Deux Mondes, les vrais Buloz qui affriolés par les portraits de l’Écho ont demandé à lire ce portait de début. Il est bien imprimé dans L ’Oratoire, mais je n’ai plus un seul de ces volumes. (…) J ’ai lu vos aménités à mon endroit dans vos Petites Décadences, merci — très réussi d’ailleurs, cette photographie aquarellée… Je continue à aller mieux, cet air et ces bains sulfureux me retapent, mais que ce pays est ennuyeux… rien, rien à voir, que le paysage et il n’est paysage qu’à une lieue. Pas une femme à regarder, des laideurs et la pire des laideurs, la laideur insignifiante. (…) Il souhaite rentrer à Paris… je viens d’écrire dans ce sens à Roques à la seule fin d’obtenir un [?] qui me permette de revenir me retaper à Paris. (Fécamp, 19 août [1890]). ? Le malheur est, mon cher Bois, que j ’ai quitté Paris, que je suis encore ici pour huit jours, aux eaux de Poissy, et que je traverserai Paris comme une ablette le 2 ou 3 août prochain pour aller m’échouer à Trouville ou aux Sables-d’Olonne : j ’attends une lettre qui en décidera. Il lui dit d’aller à l’Évènement… J ’ai tout lieu de croire que le Fol Edmond [Magnier] accueillera et prendra votre Lombardement ( ?) et peut-être vous commandera [d’] autres chroniques, etc. Vous serez prévenu quand je traverserai Paris et je vous promets une heure de bonne causerie… (20 juillet 1891). ? Mon cher Bois, un service, (…) voulez-vous me servir de secrétaire demain mercredi et jeudi dans la soirée, il m’arrive un gros ennui — un abcès en formation sous l’aisselle droite, aujourd’hui ça va mieux, mais demain j ’ai grand peur de ne pouvoir me servir de mon bras — et j ’ai besoin de lire mon conte demain à l’Écho (…) demain je vous dicterai mon conte… Il le félicite pour sa chronique. (22 juillet 1890) ? … je vous avais invité à déjeuner pour ce matin avec le jeune Paul Fort. Sans nouvelle de vous il faut croire que ma lettre ne vous est pas arrivée…!!! J ’ai mercredi à dîner Huysmans, Talmeyr, Tailhade et quelques amis ; si vous n’avez rien de mieux à faire, venez donc passer la soirée vers 9 heure ½ et BATAILLE / BIELYn º?12 92 priez Gabriel Mourey de venir… on ésotérismera, on larvera, etc. Un mot si oui… (10 avril 1892) ? Non, pas vendredi ; cela m’est impossible… je repasse vendredi en appel… et lundi je suis obligé de quitter Paris pour affaires, donc à mon retour je vous ferai signe pour que vous m’ameniez le Paul Fort, ne vous tracassez pas pour venir à Auteuil avant mon retour. Les songes commencent à me laisser en paix, j ’en ai encore eu un dimanche et depuis… je respire ; je vais peut-être dès que je le pourrai aller passer un mois à Marseille, cela me remettra, le soleil et le ciel bleu. Si vous voyez l’heureux Mourey rappeler lui bien que je voudrais bien aussi ma pantomime, que diable ! (9 septembre 1892). ? 1 carte sur papier bleu foncé [à Jules Bois] (particulièrement difficile à déchiffrer). Luchon, ce mercredi matin, J ’ai reçu l’Éternelle [L ’Éternelle Poupée, roman de Jules Bois, publié en 1894], merci, Vous arrangez bien les autochtones de Marseille et comme vous avez tort, ils sont si rompus au stupre si unanimement immoraux et gourmands de sensations, ce n’en sont plus des êtres humains mais des animaux à la fois apprivoisés, sauvages et corrompus… Comment je révolutionne Paris, c’est que Paris n’a rien à faire. Sarcey m’a décerné un brevet de jeunesse, joie !!! (…) Astarté me reprend j ’ai fait ici une rencontre inouïe, un Syrien, le plus gros joueur de baccarat du casino, où je ne parais jamais, grec (?) et aventurier, j ’en suis sûr très lévrier de Smyrne et auquel j ’indique dans l’ombre les portes… Tous les soirs nous soupons ensemble lui au champagne moi à l’eau de Smyrne et j ’arrive à le rendre littéralement fou ! Il ne sait plus sur quel pied danser [fin juillet 1894]. ? Merci, mon cher ami, de votre bonne lettre, elle m’arrive comme la manne dans le désert car je m’ennuie ferme et dense dans cet élégant et futile Luchon. Mon Syrien est parti, terrifié par la publication des mémoires d’Ardisson avec pour moi une belle haine flambant sourdement, je me suis gardé à carreau tout le temps et la présence de Gailhard de l’Opéra à mon hôtel et de quelques femmes galantes de lettres, comme la Saxebey, ne suffisent pas à me désenspleener l’esprit… et je suis là jusqu’au 31 août. Poor Yorick, plaignez-moi. ? Il a fini L ’Éternelle Poupée (…), c’est le milieu que j ’aime le moins. Je le trouve un peu Pandemonium et Péladanesque, cette Aglaonis me déconcerte, mais j ’ai beaucoup aimé Reine Chantil et Astarté, singulière coïncidence, cette Astarté est une figure qui m’obsède depuis quelques mois ; les fragments du Manuscrit dont vous avez aimé les (…) étaient écrits depuis deux mois déjà, ils l’avaient déjà depuis le 1er juin au Journal et la suite est la recherche menée de cette Astarté dans l’Orient personnifiée par la petite statuette noire meurtrière au sexe en tête de mort. Comme on se rencontre — (suite illisible). J ’ai réuni le bal du Courrier et le Prince Alcyon et le baron de Regulus…, chose étrange c’est vers Poissy son douloureux passé de folie et d’éther que je me sens attiré depuis le départ du haïssable et haineux Syrien (1er août 1894).  ? En toute hâte envoyez-moi les noms exacts de deux amies de Krisna et si vous pouvez tout le délicieux passage. C’est pour mon prochain Raitif, il me faudra cela demain avant midi au plus tard… [17 fév. 1895]. ? J ’allais vous écrire mon cher Bois, votre passage du berger Krisna m’est arrivé trop tard, le Raitif retardé jusqu’à hier matin venait d’être achevé et remis à la poste. Bodinier est étonnant, je cite dans un seul Raitif sa Bodiniere et il se déclare mécontent pour avoir constaté la laideur gargouillesque de son public femme, il y en avait de terribles, savez-vous, samedi, j ’en suis rentré malade, très impressionné, lisez plutôt mon Raitif et vous verrez que je suis très aimable : d’ailleurs ne suis-je pas votre ami (20 fév. 1895).


2300 €


 






17249 LORRAIN (Jean). Les Noronsoff. Le Vice errant.
Bois originaux de Georges Bruyer. P., Société d'édition littéraire et artistique, Librairie Ollendorff, 1922, in-8, br., 287 p., couv. rempliée. édition en partie originale. 1/200 ex. de tête num. sur Hollande. Complète l’édition de 1902 parue sous le titre Coins de Byzance. Le Vice errant. Texte revu et corrigé par Georges Normandy. Bel exemplaire.


100 €


 






21479 LOTI (Pierre). Court intermède de charme au milieu de l’horreur.
Le Havre, s.e. [Imprimerie Renouard] à Paris], 1918, in-8, broché, couv. de papier glacé rose [32 pages]. Édition originale très rare tirée à quelques exemplaires de ce tiré à part illustré de 10 reproductions photographiques. Cet article a paru d’abord dans la Revue des Deux Mondes, numéro du 15 juin 1918. Il sera repris en volume la même année dans L’Horreur allemande. Relation de la rencontre dans un village à la frontière belge entre Pierre Loti, le Roi Albert 1er et la Reine Elisabeth de Belgique. La Reine apparait sur 9 des photographies. De la Bibliothèque du docteur Lucien-Graux avec son élégant ex-libris page de garde.


150 €


 






14431 LOUYS (Pierre). La Femme et le pantin.
Orné d’une reproduction en héliogravure du Pantin de Goya. P., Société du Mercure de France, 1898, in-8, br., 248 p. Edition originale. 1/550 ex. num. sur alfa. Billet autographe joint, 2 pages in-12, au sujet de causeries et d’un rendez-vous reporté. Bel exemplaire.


600 €


 






8474 LOWRY (Malcolm). En route vers l’ïle de Gabriola.
Trad. de Clarisse Francillon. P., Denoël, Les Lettres Nouvelles, 1972, in-8, br., 365 p. Edition originale de la trad. Bande annonce jointe.


25 €


 






7860 LOWRY (Malcolm). Ultramarine.
Trad. de Clarisse Francillon et Jean-Roger Carroy. P., Denoël, Les Lettres Nouvelles, 1965, in-8, br., 348 p. Edition originale de la trad.


25 €


 






9522 LUBIN (Armen). Sainte patience.
P., N.R.F., 1951, in-12, br., n.c., 93 p. Edition originale. 1/43 ex. sur pur fil (seul tirage en grand papier), celui-ci marqué H.C.


100 €


 






21063 LUCA (Gherasim). Héros-limite. Bulletin de souscription.
Bulletin de souscription des éditions Le Soleil Noir pour Héros-limite avec 3 dessins par Jacques Hérold, édité en 1953, 1 plaquette de 4 pages (12,5 x 10,5 cm).


25 €


 






21873 LUCA (Ghérasim). La Clef. Poème-tract.
Paris, 1960. 1 feuillet imprimé recto verso 43,5 x 28 cm plié au format 11 x 28 cm. Edition originale. Parfait état.


250 €


 






20959 LUCA (Ghérasim). Héros-limite.
Avec 3 dessins par Jacques HÉROLD. P., Le Soleil Noir, 1953, in-12, br., couv. rempl., 89 p. Edition originale. 1/45 ex. num. sur pur fil Lafuma comportant une eau-forte originale de Jacques HÉROLD en noir (tirage de tête avec 5 Japon). Signature au colophon de l’auteur, l’artiste et l’éditeur. Bel envoi a.s. de Luca à Fred Becker “avec les os de l’écho...” Bulletin de souscription joint ainsi que le prière d’insérer sur papier vert.


1000 €


 






20083 LUCA (Ghérasim). Le Chant de la Carpe.
P., Le Soleil Noir, 1973, in-12, br., 107 p. Edition originale. S.P. sur Offset sirène comportant un envoi a.s. à Bernard Delvaille accompagné d'un dessin original au crayon, spirale en pointillé.


300 €


 






19034 LUCA (Ghérasim). Un Lupo vazut printr’o lupa.
[Bucarest], Editura Negatia Negatiei, 1945, petit in-4, broché, couverture illustrée, 105 p. Edition originale. 1/250 ex. num. sur Offset. 3 vaporisations de TROST. Bel exemplaire, non coupé.


850 €


 






17805 LUCA (Ghérasim). Passionnément.
Genève-Paris, éditions Claude Givaudan, 1970, disque souple transparent de 17,5 cm de diamètre, sous pochette blanche imprimée. Edition originale sonore. Enregistrement de la voix du Luca récitant son poème. Tirage à 1000 ex., num. sur la pochette et justification gravée sur le disque.


150 €


 


16887 LUCA (Ghérasim). CATTI (Micheline). Droit de regard sur les idées.
P., Brunidor, 1967, in-4, en feuilles, couverture rempliée, non paginé. Edition originale. 1/55 ex. num. sur grand vélin d’Arches (seul tirage en grand papier), comportant deux pointes-sèches originales de Micheline CATTI. Signature de l’auteur et de l’artiste au colophon.


450 €


 






16183 LUCIEN DE SAMOSATE. Les Dissertations amoureuses de Lucien. La Vie, les Intrigues, les Tarifs, la Science des Courtisanes, les deux Amours, Perversion et Inversions, Lesbos.
P., Bibliothèque des Curieux, coll. Les Maitres de l’Amour, 1909, in-8, br., 176 p. Introduction, notes et apppendice de B. de Villeneuve.


18 €


 






20868 LUMBROSO (Fernand). Mémoires d’un homme de spectacles.
S.l., Lieu Commun, 1991, in-8, br., 196 p. Edition originale. Les mémoires d’un homme de spectacles certes, mais qui fut aussi animateur de l’éphémère groupe Discontinuité. Envoi a.s.


30 €


 


10202 LYDIS (Mariette). Orientalisches Traumbuch. Le Livre des rêves.
Potsdam, Müller & Co Verlag, 1925, in-12, cartonnage de l'éditeur, 1er plat décoré par Mariette Lydis, 168 pages. Premier tirage à 150 ex. seulement. Un des premiers livres de Mariette Lydis magnifiquement illustré : 27 planches hors texte en couleurs avec les fonds couleur or. Chaque page est décorée d'un encadrement entourant le texte (en allemand). Bien complet de la planche horoscope au disque mobile, planche qui est volante. Envoi autographe signé : A Paola Laran en grande sympathie Mariette Lydis, Paris 1933”. Un ouvrage conçu comme un dictionnaire des rêves et pour l'interprétation des signes du zodiaque.


1500 €


 






20716 Le Livre d'Art. Revue artistique et littéraire, illustrée de planches originales. Le Livre d'Art n° 1.
Rédacteur en chef : Paul Fort, directeur : Maurice Dumont. Paris, L'Epreuve, 1896, fascicule in-4 (28,5 x 22,5 cm), br., Premier numéro de cette très rare revue. Les numéros 2 et 3 offriront la publication en pré-originale d'Ubu Roi. La revue (qui n'eut que 4 livraisons) était spécialisée dans la publication d'estampes originales. Son éditeur était l'Epreuve, Journal-Album d'Art. Contribution dans ce numéro de C.-H. Hirsch, Francis Jammes, Charles Guérin, T. Klingsor, L.-P. Fargue, André Lebey, Jean de Tinan, Paul Fort, etc. Bois originaux de Maurice Dumont, Georges d’Espagnat, Huard (double page), etc. Très rare.


750 €


 






15109 Lebel (Robert). Traité des passions par personne interposee.
P., Eric Losfeld, Le Desordre, 1972. in-12, br., 59 p. Edition originale. Bel envoi a.s.


35 €


 






21936 LÉVIS MANO (Guy). Il n'y a pas plus solitaire que la nuit.
P., G.L.M., 1957, grand in-8, br., n.p. Edition originale. 1/100 ex. de tête num. sur vergé vert.


100 €


 






21794 L’HERNE n° 10. Le Grand Jeu. Le Grand Jeu.
P., L'Herne, 1968, in-4, br., 254 p. Ce cahier est la réédition intégrale des 3 n° de la revue, augmenté de textes inédits, notamment de Daumal, rassemblés par Marc Thivolet. Témoignages et interférences de Renée Bouiller, J. Masui, Pierre Minet, etc. Chronologie, bibliographie, et plus de 60 hors-texte de reproductions. Couv. lég. défr. Ex-libris de John Lyle.


40 €


 






21795 L’ORIGINEL n° spécial 7. Le Grand Jeu. Le Grand Jeu.
P., 1978, in-4, br., 56 p. Numéro spécial. Textes de Daumal, Gilbert-Lecomte, C. Rugafiori, M. Camus, M. Random, Mme Maxwell, J.-L. Accarias, entretiens avec Marianne Lams, J. Sima, Monny de Boully, Ribemont-Dessaignes, etc.


40 €


 


12257 MABILLE (Pierre). Thérèse de Lisieux.
Avec un document photographique inédit. P., José Corti, 1937, in-8, br., 95 p. Edition originale. 1/20 ex. num. sur Hollande van Gelder (seul tirage en grand papier).


500 €


 






20894 MAC ORLAN (Pierre) sous le pseudonyme de Pierre DU BOURDEL. Mademoiselle de Mustelle et ses amies.
Roman pervers d'une fillette élégante et vicieuse. Orné d'un cuivre gravé par Ferdine Zombi [Gaston-Louis Roux]. Saint-Domingue [Paris], à la boutique de poésie [René Bonnel], 1928, in-8, broché, couvertutres rempliées, 121 p. Sous étui. Édition clandestine tirée à 128 exemplaires sous la couverture de la " Bibliothèque rose illustrée " de la librairie Hachette. Une première édition parue en 1912 avec une maquette pourtant moins provocante fut envoyée au pilon par décision de justice. Cette édition, la nôtre, de 1928, a été concoctée par René Bonnel et Pascal Pia, sous la forme d'un pastiche de la " Bibliothèque rose ", Mademoiselle de Mustelle et ses amies étant de fait une sorte de version obscène des Petites filles Modèles de la Comtesse de Ségur. Bien évidemment tout cela ne plut guère à la direction de la Librairie Hachette, ils portèrent plainte contre X comme le rapporte Pia… mais trop tard, pfuit, les 128 exemplaires avaient disparus, envolés en quinze jours ! La gravure en frontispice de Gaston-Louis Roux ne pouvait qu'être coloriée à la poupée. Voir Pia, 855. Et aussi Dutel, 1894.


1000 €


 






21447 MAC ORLAN (Pierre). La Vénus internationale.
P., N.R.F., 1923, in 12, br., 269 p. Edition originale. 1/750 exemplaires sur vélin pur fil Lafuma, envoi a.s. à Henri Béraud, “son ami”. Quelques rousseurs.


100 €


 

« Précédent  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119  Suivant »
J.-F. Fourcade | Livres anciens & modernes